Migrants

Nos ennemis les migrants…. de Lampedusa, Milan, Paris-La Chapelle, Ermont, Calais

Ils sont passés par Lampedusa ou par la Grèce et certains d’entre eux vivent depuis douze ans dans la rue, à La Chapelle, dans des squats à St-Ouen, Ermont Eaubonne, Milan ou Calais. Ils tentent leur chance en Allemagne, en Hollande, en Angleterre mais ils buttent sur la même réalité.

A Milan, Faisal préfère travailler pour rien que de rester dans la rue exposé à la répression ou aux milieux mafieux Un autre a été renvoyé douze fois en Italie à cause des accords de Dublin II. Condamnés à l’errance, ils se réfugient parfois dans l’alcoolisme, le cercle est vicieux. En tout cas il ne s’agit pas d’une migration économique comme certains le disent. La seule économie qu’ils font c’est celle du bonheur. Le voila donc, le visage des « sans-papiers », ceux qui viennent ici pour trouver un refuge. La plupart d’entre eux ont des papiers, un statut de réfugié politique qui ne leur permet pas de s’intégrer.
Une nouvelle classe sociale, discriminée, maltraitée et réduite au statut de sous-homme ne pouvant bénéficier des mêmes droits que les autres, est apparue-réapparue ces dernières années. C’est un des aspect de cette nouvelle crise.
Or les journalistes ont vocation d informer, dans la diversité. Condorcet l’écrit, sans la diversité d’opinion, le peuple ne peut pas prendre position, il ne peux pas y avoir de démocratie sans la liberté de la presse. La France n’est t-elle plus xénophile? Des 48, il a été question d’écrire un programme concernant le statut de réfugié politique suite à la malheureuse histoire des juifs pendant l occupation. A l’instar d’un Walter Benjamin qui errait dans les rues de Marseille dans l’attente d’un visa pour Israël et qui fut lâché même par sa propre communauté. Qu’ils soient intellectuels ou non, les hommes ont le droit de trouver un refuge face aux persécutions, a la sauvagerie que les hommes s infligent entre eux, la migration est un phénomène humain depuis toujours.Comment devient-on un migrant irrégulier?

Il y a encore pire que les Roms, il y a ceux dont on ne parle jamais, qui ont vécu un périple terrible pour arriver jusque a nous. En face des conventions de Genève et new-York, il y a les circulaires ou les accords Européens sur les questions de l immigration et ces derniers temps, la volonté des états membres de l Europe a réguler, contrôler, la circulation des hommes dans l espace Schengen et ailleurs. Fantasme politique absurde et couteux qui empêche des milliers de personnes de s intégrer et les condamne a l errance ou pire, qui va parfois jusque a les renvoyer chez eux alors qu’ils sont en danger. Nous sommes responsables collectivement de cette situation. Il n est pas possible de ne pas penser a Bernanos quand il critique le principe du fichage systématique des populations qui fut introduit en France sous l occupation par Vichy. Il aime rappeler qu’avant cela les hommes pouvaient faire le tour du monde avec une simple carte de visite. Aujourd’hui, plus que jamais depuis la fin de la seconde guerre mondiale, tout le monde trouve normal d’être fiché au nom de la sécurité. La France, le pays des droits de l’homme maltraite des hommes qui croient en elle, en ses valeurs. La non reconnaissance des problèmes des uns conduit a la non reconnaissance des problèmes des autres.Les Français ont des problèmes, les photojournalistes aussi. Est-ce une raison pour oublier ces hommes? Le traitement des plus faibles nous renseigne sur la politique d un pays. La perversité c’est affirmer des choses et agir dans le sens contraire de ce qu’on a dit. La perversité peut être familiale, individuelle ou institutionnelle. C est par exemple dire « je suis socialiste » et faire une politique de droite dure. La guerre est psychologique et l idée des politiques successives depuis trente ans est de convertir les hommes aux idéaux neo-libéraux par tous les moyens. Le populisme règne presque partout en Europe et l’extrême droite s’installe peu a peu. Elle a créé un tabou sur le thème des migrants en affirmant que les Européens aussi ont des problèmes, qu’on ne parle jamais de la misère des Français. Mais quel Français accepterait d’ouvrir sa porte et donnerait a voir la situation dans laquelle il vit?Et puis qui serait près a financer un projet d’envergure qui ferait un état des lieux de cette crise que nous vivons?Le Français ne veut pas être sur le même plan que l’étranger justement alors il se réfugie dans la facilité et préfère adhérer a un discours irrationnel qui le place en victime plutôt que de remettre en cause certains clichés. La question de la condition des migrants d’Afrique et la question Rom représente un enjeu politique très important. Parler des immigrés et montrer leur quotidien n’est il pas interdit en fait? Ou sont les intellectuels encore capable de prendre des positions? Nous sommes face a un vide, un désert, un gouffre, une fracture, une crise; une conversion idéologique profonde. Les médias sont des pépinières de marronniers qui jaunissent à l’automne. Apres ces années de discours ou domine la xénophobie, la volonté de diviser les Français, l’irrationnel, le spectaculaire et la débilité, la roue doit tourner.

Yann Merlin.

 

Publication Nothing Magazine: dossier special Migrants

issuu.com/optycos/docs/nothing_13

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :